Le terme de Growth Hacking est l’un des mots les plus à la mode ces dernières années. Et beaucoup de personnes se demandent ce que peut bien être ce Growth Hacking.

 

Les consultants, les spécialistes du marketing et les entrepreneurs considèrent le Growth Hacking comme le meilleur moyen de faire croître une entreprise, mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

 

Dans cet article, nous allons vous donner une définition claire du Growth Hacking et vous expliquer étape par étape comment il fonctionne.

 

Commençons par la définition du Growth Hacking :

 

Qu’est-ce que le Growth Hacking ?

 

 

Qu'est ce que le growth hacking ?Le Growth Hacking est un nouveau domaine et une combinaison de marketing, d’analyse de données et de technologie. Un growth hacker réalise des expériences très processées pour augmenter le nombre de clients.

 

Le Growth Hacking est idéal pour les startups en raison des budgets et des ressources limitées, mais il se prête également aux grandes entreprises.

 

 

 

 

Origines du Growth Hacking

 

Le Growth Hacking a commencé dans les startups de la Silicon Valley, mais aujourd’hui il est devenu une forme de travail qui s’applique également aux grandes entreprises.

 

Pour ces jeunes entreprises, le growth hacking leur permettait de faire bouger les lignes tracées par les grandes entreprises. Ils avaient moins de ressources et de budget que les grands concurrents et ils devaient donc trouver d’autres moyens pour commercialiser leurs produits.

D’où le mot “hacking”qui signifie piratage et qui est utilisé comme une métaphore pour croître d’une manière différente, moins chère et / ou plus rapide.

 

Pourquoi le Growth Hacking est-il également pertinent pour les grandes entreprises de nos jours ? Beaucoup d’entreprises considèrent le Growth Hacking comme la stratégie parfaite pour le 21ème siècle, parce qu’il faut être flexible pour contrecarrer les concurrents, être rapide, savoir prendre des risques et être guidé par les données parce que vous ne voulez pas dépenser des milliers d’euros sur la base d’un simple sentiment.

Mais de quand date ce terme de Growth Hacking ?

 

Sean Ellis, le premier Growth Hacker

 

Sean Ellis le premier growth hackerLe Growth Hacking est un terme relativement nouveau. En 2011, Sean Ellis, alors directeur marketing de PayPal, a inventé le terme lorsqu’il a mis un poste vacant en ligne pour un “Growth Hacker”.

Il était à la recherche de son successeur, mais il ne cherchait pas vraiment un ” simple ” spécialiste du marketing en ligne.

Il recherchait quelqu’un ayant des connaissances en matière de données, de produits, de technologie et de marketing, et en plus, la personne devait avoir un état d’esprit très spécifique qui se concentre entièrement sur la croissance durable.

A partir de ce moment, de plus en plus de gens ont commencé à se qualifier de growth hacker, de spécialiste du marketing de croissance, de spécialiste du marketing technique, de spécialiste du marketing de données ou de responsable de la croissance. Ils se sont reconnus dans cet état d’esprit et ont vu la différence avec le marketing traditionnel.

 

 

Qu’est-ce qu’un Growth Hacker ?

 

Un état d’esprit de Growth Hacking

 

La question “Qu’est-ce que le Growth Hacking ?” est une question difficile, car il s’agit avant tout d’une façon de penser / travailler. Un growth hacker place l’objectif avant les moyens ; la croissance des revenus est l’objectif principal et le canal, la technique ou l’outil utilisé pour l’atteindre sont secondaires.

 

C’est pourquoi il est si important qu’un growth hacker possède un large éventail de connaissances et de compétences.

 

En termes de compétences de Growth Hacking, la connaissance des données est nécessaire, car c’est le seul moyen d’identifier votre problème et sa cause. Puis, vient la créativité pour trouver des solutions à ce problème et enfin, un growth hacker a besoin de compétences techniques pour développer ces solutions .

 

“Vous voulez dire qu’un growth hacker a besoin de toutes ces compétences ?!” Non. C’est un employé en forme de T, comme nous allons l’expliquer plus loin :

 

Compétences d’un Growth Hacker

 

En tant que growth hacker, vous devez être capable de travailler rapidement et donc d’être aussi indépendant que possible. C’est pourquoi il est important pour un growth hacker d’être capable de programmer, de gérer les données et de concevoir. Il n’a pas besoin d’être un expert en tout, mais en tout cas il doit comprendre les bases pour être capable d’exécuter la plus grande partie par lui-même. 

 

Growth Hacker forme de T

 

Ce terme a été utilisé pour la première fois par David Guest en 1991. Il a décrit un employé en forme de T comme ” quelqu’un qui se spécialise en tant que généraliste, mais qui possède une expertise dans un ou deux domaines “.

 

Un growth hacker, devrait avoir 20% de toutes les connaissances nécessaires pour exécuter 80% du travail.

 

Chaque startup est à la recherche de growth hackers

 

De nos jours, la notoriété du Growth Hacking augmente. Il se pourrait même prochainement que les directeurs marketing soient remplacés par des directeurs de la croissance. Pour chaque projet de démarrage ou d’innovation, les ressources humaines et les budgets sont limités, nous devons donc être axés sur les données et continuer d’expérimenter. Les données sont l’itinéraire le plus sûr.

 

Pour sept entreprises à la recherche d’un growth hacker, il y a un growth hacker disponible qui possède les connaissances nécessaires. C’est pourquoi nous assistons à une forte augmentation du nombre d’agences de marketing de croissance et de cours de Growth Hacking. A Amsterdam, la première académie de Growth Hacking de l’Europe a été fondée à la fin de l’année 2015, Growth Tribe.

 

Si vous voulez implémenter le Growth Hacking dans votre entreprise, vous devez savoir ce que cela signifie. Allons donc un peu plus loin dans la définition du Growth Hacking :

 

 

Quelle est la différence entre le Growth Hacking et le marketing ?

 

Premièrement, attention aux raccourcis. On entend régulièrement des gens décrire le Growth Hacking comme le “marketing de l’avenir”. Certes, la différence n’est pas très grande pour certaines personnes, mais ces deux notions ne doivent pas être confondues.

 

À mon avis, il y a cinq différences majeures entre le marketing et le Growth Hacking :

 

  • Un Growth Hacker utilise tout l’entonnoir, alors que la plupart des spécialistes du marketing ne s’intéressent qu’à la sensibilisation et à l’acquisition.
  • Un growth hacker fait des expériences ; il teste pour voir quelle direction fonctionne le mieux, alors qu’un spécialiste du marketing se concentre souvent sur une méthode.
  • Un growth hacker travaille à partir de données, ce qui n’est pas le cas pour la plupart des départements marketing.
  • Un growth hacker possède certaines compétences techniques, telles que la programmation, l’outillage et l’automatisation.
  • Un growth hacker est impliqué dans le produit, car, entre autres choses, il doit prêter attention à la rétention des clients actifs.

Mais permettez-moi d’expliquer brièvement ces cinq points :

 

Utilisation de l’entonnoir dans son ensemble

 

Un spécialiste du marketing se concentre sur le début de l’entonnoir Pirate tandis que le growth hacker utilise l’entonnoir dans son ensemble. Qu’est-ce que le Pirate Metrics Funnel  : AAARRR ou entonnoir Pirate ?

L’entonnoir Pirate est un modèle de Dave McClure pour couper une entreprise en six phases : Sensibilisation, Acquisition, Activation, Revenus, Rétention et Référence. L’acronyme s’écrit AAARRRR, d’où le nom Pirate entonnoir.

 

En ce qui concerne cet entonnoir, la différence entre un growth hacker et un marketeur traditionnel est :

Un spécialiste du marketing se concentre principalement sur les deux premières phases de sensibilisation et d’acquisition – Comment puis-je obtenir plus de reconnaissance pour mon entreprise et plus de visiteurs sur mon site Web ?

Un growth hacker se concentre lui sur toutes les phases de l’entonnoir Pirate – Quelle est la plus grande opportunité d’augmenter nos revenus ?

 

Expériences

 

L’une des qualités les plus importantes d’un growth hacker est sa faculté à comprendre que que personne ne sait ce qui fonctionnera et ce qui échouera. Ceci s’applique aux idées de démarrage, aux canaux et à l’optimisation de la conversion.

 

C’est pourquoi vous devrez faire des expériences, beaucoup d’expériences.

 

En essayant un canal pour une petite expérience, vous pouvez éviter de perdre beaucoup de temps ou d’argent. Si au cours d’une expérience, il apparaît que cela ne fonctionne pas, alors vous n’avez pas à investir plus de temps, de moyens dans cette expérience. En revanche, si ce canal fonctionne, vous pouvez continuer à explorer. De cette façon, un growth hacker assure un retour sur investissement plus élevé en passant du temps sur les canaux les plus efficaces.

 

Un pilotage par les données

 

Data analyticsAuparavant, les entreprises travaillaient souvent avec des budgets qui pouvaient être dépensés aléatoirement, selon des instincts. En partie parce que les bons outils de suivi n’étaient pas disponibles.

 

Aujourd’hui, il est possible de mesurer tout ce que l’on veut savoir sur un site ou une application : profondeur de défilement, mouvements de souris, temps passé sur un site, taux de clics, etc. Pourquoi ferions-nous encore des choix basés sur l’instinct ?

 

Et c’est bien la raison pour laquelle le Growth Hacking a commencé dans la Silicon Valley. Les startups ayant souvent des budgets plus petits elles étaient forcées de rentabiliser leurs dépenses au maximum.. Aujourd’hui toutes les entreprises, quelques soient leurs tailles, utilisent cette méthode du Growth Hacking pour ne pas dilapider leur argent inefficacement. 

Un growth hacker surveille en permanence le retour sur investissement de ses expériences et de ses canaux. De cette façon, vous pouvez toujours voir vos plus grandes opportunités et dangers et vous savez par quel moyen vous pouvez obtenir le plus de profit.

 

Compétences techniques

 

Les entreprises qui peuvent s’adapter le plus rapidement survivront le plus longtemps. C’est pourquoi, en tant qu’entreprise, vous devez être capable d’agir rapidement. C’est aussi pourquoi, en tant que growth hacker, vous avez besoin de compétences techniques de hacking de croissance afin de pouvoir progresser de manière autonome.

 

Si vous dépendez d’autres personnes (en particulier des développeurs ou des concepteurs) pour chaque expérience, alors cela vous ralentira énormément. Il est donc beaucoup plus efficace de maîtriser au moins les compétences fondamentales et généralistes du Growth Hacking.

 

Quelles compétences techniques un growth hacker doit-il posséder ?

 

  • Construire des landing pages
  • Construire des sites Web
  • Concevoir et comprendre les couleurs, les polices de caractères, le branding, etc.
  • Passez des annonces sur des canaux comme AdWords, Facebook, LinkedIn, etc.
  • HTML et CSS de base
  • Implémenter des outils de suivi comme Google Tag Manager, Google Analytics, Hotjar, etc.
  • Et bien d’autres concepts/techniques, comme l’optimisation du taux de conversion, l’intelligence artificielle en marketing, le webscraping, les chatbots, les API, etc.

Conclusion : un growth hacker possède un ensemble de compétences beaucoup plus techniques que la plupart des spécialistes du marketing.

 

Être impliqué dans le produit

 

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Comme je l’ai mentionné plus haut, un growth hacker travaille dans l’ensemble de l’entonnoir. L’activation, la conservation et le revenu sont un certain nombre d’étapes importantes à cet égard. Ces phases peuvent être moins influencées par les expressions marketing, telles que les publicités, les e-mails ou le contenu, mais sont principalement influencées par le produit :

 

  • Le produit correspond-il aux besoins du client ?
  • Où se trouve le frottement lors de l’utilisation du produit ?
  • Le produit offre-t-il une valeur suffisante ?

 

En quoi est-ce différent des spécialistes du marketing ? Dans le développement de produits, un marketeur est moins impliqué, alors qu’un growth hacker devrait certainement être impliqué. Il/elle traite les données d’utilisation, observe le Net Promoter Score et propose des tests A / B à l’équipe produit (ou les exécute).

 

Pourquoi un growth hacker fonctionne-t-il de cette manière et pas de la manière traditionnelle ? Eh bien, parfois le marketing fonctionne si bien que votre produit est un problème plus important pour nombre de vos clients. Pourquoi ne saisiriez-vous pas cette opportunité ?

 

 

Exemples célèbres de Growth Hacking

 

Les exemples ci-dessous sont quelques uns des hacks de croissance les plus connus.

 

Dropbox et leur programme de parrainage

 

Dropbox a été l’une des premières entreprises à utiliser un programme de référence pour faire fonctionner leurs clients comme des canaux d’acquisition. Ils ont offert aux utilisateurs jusqu’à 500 Mo d’espace de stockage supplémentaire pour chaque ami qu’ils amèneraient en tant que nouvel utilisateur. Vous pouvez facilement inviter vos amis via Facebook ou Twitter, ou importer vos contacts e-mail pour leur envoyer une invitation automatique.

 

Dropbox growth hacking inviter des amis

 

Ce fut un grand succès et Dropbox est passé de 100 000 utilisateurs fin 2008 à 4 millions début 2010 ! Au plus fort, 2,8 millions d’invitations ont été envoyées par mois. La plupart des chaînes ne peuvent pas rivaliser avec une telle stratégie de marketing viral.

 

AirBnB et leur intégration Craigslist

 

Airbnb growth hacking CraigslistL’exemple d’AirBnB est un bon exemple d’utilisation de la plateforme de quelqu’un d’autre. AirBnB a utilisé Craigslist dans ses premières années. Craigslist était à l’époque le plus grand forum où les gens pouvaient louer une maison. C’est donc à cet endroit que leur groupe cible était le plus actif.

 

AirBnB a commencé à placer sa propre offre sur Craigslist avec un lien vers sa propre plateforme pour les locataires potentiels qui cherchaient plus d’informations. De cette façon, ils ont réussi à attirer leurs clients initiaux de Craigslist et les gens ont continué à s’accrocher à AirBnB.

 

A titre expérimental, ils ont d’abord effectué cette opération manuellement, puis ont créé un robot qui pouvait automatiquement le placer sur Craigslist et attirer les gens vers leur application.

 

Hotmail avec “P.s. I love you”

 

Hotmail growth hacking gratuit I love youHotmail a été le premier fournisseur d’email gratuit. Au bas de tous les courriels de leurs utilisateurs, ils ont placé la phrase “P.s. I love you” avec un lien vers leur propre site Web. Dès que les destinataires ont visité le site Web et vu que Hotmail était gratuit, ils sont passés à Hotmail.

En 18 mois, Hotmail est devenu viral pour 12 millions d’utilisateurs ! Juste pour vous donner une idée : à l’époque, il n’y avait “que” 70 millions de personnes dans le monde avec Internet.

 

 

 

 

PayPal et leur eBay-bot

 

Paypal growth hacking Ebay

C’est un exemple similaire à celui de Dropbox. PayPal voulait être placé comme une option de paiement sur eBay, parce qu’ils recevraient une petite commission par transaction.

Ebay n’avait aucun intérêt au début. Ensuite, l’équipe PayPal a approché manuellement les gros vendeurs sur eBay pour acheter leur produit avec la question “Puis-je vous payer via PayPal ? Les vendeurs ne connaissaient pas PayPal et perdaient donc l’affaire. Les vendeurs ont exigé d’eBay qu’ils intègrent PayPal et après que suffisamment de vendeurs l’aient demandé, eBay s’est tourné vers PayPal.

 

 

 

 

Des hacks de croissance moins célèbres….

Vous trouverez ici une liste de plus de 200 idées de Growth Hacking réalisées par Ladder.io, une agence polonaise de Growth Hacking.

 

 

Mais, par où commencer dans le Growth Hacking ?

 

Avant de commencer le Growth Hacking, je vous recommande de vous poser les questions suivantes :

 

  • Vous êtes curieux de nature. Apprenez de nouvelles choses via Google ou Youtube sur les données et la technologie.
  • Vous avez un produit / service qui intéresse les gens et qui est rentable. Sinon, Growth Hacking ne peut pas vous aider tout seul.
  • Vous savez qui est votre client idéal, pourquoi il achète votre produit, quels sont ses autres intérêts et où il vit en ligne.
  • Vous avez configuré votre analytique (si vous avez installé votre Google Analytics et éventuellement Hotjar, vous êtes déjà en bonne voie).
  • Vous pouvez gérer votre propre site web. Vous pouvez créer vous-même de nouvelles pages et ajuster vos textes et images.

 

 

Vous avez encore des questions sur le Growth Hacking ?

 

Si quelque chose n’est pas clair ou si vous souhaitez en savoir plus sur le Growth Hacking n’hésitez pas nous envoyer un mail à cette adresse contact@hello-pomelo.com ou à nous contacter ici.



Nous contacter

🤜 Pour plus d’informations sur les méthodes de Growth Hacking n’hésitez pas à contacter nos équipes ici !